Fil d'actualité Protection des données personnelles

Protection des données personnelles

Centre national de la recherche scientifique

Accueil du siteVeille et actualité du siteProtection de la vie personnelle (tous les articles de veille)En savoir plus sur le réseau internet invisible Darknet

En savoir plus sur le réseau internet invisible Darknet

Page publiée le 26 septembre 2013, mise à jour le 30 septembre 2013

En savoir plus sur le réseau internet invisible Darknet

Sources diverses citées dans l’article



D’abord, le Darknet ne doit pas être confondu avec le « Deep Web », le Web profond, qui regroupe les sites accessibles librement mais non indexés par les moteurs de recherche.

Comme l’explique Okhin, un jeune trentenaire qui se définit avec provocation comme un « cryptoterroriste », « un darknet est un réseau qui n’est pas connecté à Internet. Chacun d’entre eux est une maison, et il faut la bonne clé pour y pénétrer ». Il en existe donc des myriades, corps autonomes reliés entre eux par des passerelles aux noms barbares, comme I2P (Invisible Internet Project) ou TOR.

Sombre et clandestin, inconnu du grand public, c’est un royaume de l’anonymat, inaccessible depuis un navigateur traditionnel.

En choisissant de disparaître du Web marchand, les anars du code choisissent en quelque sorte de brûler leur carte d’identité. Ils fuient la centralisation, la géolocalisation, la publicité ciblée, le traçage de leurs données personnelles ou de leurs historiques de navigation.

Dans leur esprit, le Darknet, les darknets, leurs darknets, sont l’utopie réalisée des Zones autonomes temporaires (ZAT) d’Hakim Bey (1) , « îles en réseau » ou « enclaves libres » échappant à toute tentative de définition.

Commentaire de la vidéo
A propos de la phrase : "Le Réseau Tor fait partie du Darknet."

Non, non et encore non, TOR ne fait pas partie du Darknet, et n’est pas non plus le Darknet.

Il serait d’ailleurs plus juste de parler de DarknetS, qu’il faut considérer comme autant de "réseaux dans le réseau". Certains plus "connus" que d’autres.

Il aurait été nettement plus judicieux de parler des botnets, qui permettent de créer justement ces darknets. Les machines dites "zombies", infectées, permettent de stocker à l’insu de leur propriétaire des données, ou encore de procéder à des attaques orchestrées (DDoS), participer à des campagnes de spams, etc.

TOR, au même titre qu’un fournisseur d’accès à Internet, serait tout au plus un moyen de se connecter de manière relativement anonyme (j’insiste sur le relativement - ce n’est plus fiable).

A contrario, Freenet serait nettement meilleur comme exemple, de par sa structure et son mode de fonctionnement (via réseaux de confiance, principalement) - mais là aussi, l’amalgame est dangereux, Freenet servant aussi pour des choses tout à fait légales...

Le sujet est vaste, très vaste, et surtout presque aussi vieux qu’Internet lui-même.

Il faut aussi savoir que n’importe qui ayant un minimum de connaissances peut fort bien monter un réseau complètement caché, et ce sans trop de temps... Et à détecter, pour peu qu’on utilise des protocoles chiffrés, c’est vraiment coton.

Darknet

Un darknet est un réseau privé virtuel dont les utilisateurs sont considérés comme des personnes de confiance. La plupart du temps, ces réseaux sont de petite taille, souvent avec moins de dix utilisateurs chacun. Un darknet peut être créé par n’importe quel type de personne et pour n’importe quel objectif, mais la technique est le plus souvent utilisée spécifiquement pour créer des réseaux de partage de fichiers. Il est parfois appelé réseau Friend-to-friend (F2F, en français : ami à ami).

Un Darknet est un réseau virtuel anonyme, chiffré, difficilement repérable et conçu pour fonctionner avec un nombres restreint de contacts connus.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Darknet

Exemples de darknets :

Tor (acronyme de The Onion Router, littéralement : « le routeur oignon ») est un réseau mondial décentralisé de routeurs, organisés en couches, appelés nœuds de l’oignon, dont la tâche est de transmettre de manière anonyme des flux TCP. C’est ainsi que tout échange Internet basé sur TCP peut être rendu anonyme en utilisant Tor. C’est un logiciel libre distribué sous licence BSD révisée. Le projet Tor a reçu le prix du logiciel libre 2010, dans la catégorie « projet d’intérêt social ».

Le projet coûte $2M annuellement pour son développement et pour payer les nombreux serveurs. En 2012 :

  • 60% proviennent du gouvernement américain (l’anonymat est donc douteux !)
  • 18% proviennent de fondations et autres donateurs (John S. and James L. Knight Foundation (en), SRI International, Google, Swedish International Development Cooperation Agency (en))
  • 18% proviennent de la valorisation des contributions des bénévoles.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tor_%2...

Moteur de recherche de sites .onion
https://ahmia.fi/search

Anonymat

L’anonymat sur Internet est une expression traduisant diverses notions relatives à plusieurs domaines dont l’informatique, le droit et le social.

Cette notion est toute relative.

En pratique, l’anonymat total sur Internet n’existe pas, on ne peut que rendre plus difficile l’identification : par exemple, différentes affaires laissent penser que l’anonymat ne peut être garanti sur internet : « il y a simplement trop de façons d’être pisté » (voir trace numérique). En particulier, certaines instances gouvernementales disposent de moyens techniques pouvant être secrets afin de surveiller « à peu près tout ce qu’un utilisateur lambda » peut faire sur la toile.

En informatique, il s’agit des techniques compliquant l’identification des machines qui ont reçu ou transmis de l’information sur la toile ; en droit il s’agit des procédures destinées à retrouver l’auteur d’une transaction Internet ; au niveau social il s’agit d’un mode de communication entre citoyens plus difficile à surveiller, ce qui relance des enjeux de société en matière de vie privée et informatique mais aussi de cybercrime. Dans tous les cas, l’anonymat total sur Internet n’existe pas, on ne peut que rendre plus difficile l’identification.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Anonym...

Principal article source :
http://www.telerama.fr/medias/darkn...